Les inoubliables 2014

Inoubliables

Choix des plus cornéliens, il y en a tant… Alors, avant de dévoiler les 10 plus beaux, en vrac, quelques faits marquants de l’an 2014 :

Un prépuce dévoré par un chien… Et ça vous faire rire ??? (Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?) ; le fouet, entre souffrance (Twelve years a slave) et jouissance (Nymphomaniac, vol. 2) ; les moineaux ne sont pas que des oiseaux (Bird people) ; l’ingéniosité toute archaïque des livreurs de paniers-repas indiens (The Lunchbox) ; les jambes fines et très féminines de Romain Duris (Une nouvelle amie) ; le visage plus que jamais irréel d’Angelina Jolie (Maléfique) ; DiCaprio rampant comme un ver pour atteindre sa voiture (Le loup de Wall Street; des acteurs qui vieillissent de 10 ans en 2 heures (Boyhood) ; une scène de douche plus psychotique encore que celle de Hitchcock (Gone girl) ; l’attente mêlée d’espoir et de sacrifice sur le visage de Gong Li (Coming home) ; « Mr Brown… That is very rude! » (Paddington) ; un numéro de trampoline, lien suspendu entre un père et son fils (La ritournelle) ; les Suisses savent aussi chanter… de la country (Pause).

Et ces instantanés émotionnels que je n’oublierai pas :

  • Le vent caressant les brins d’herbe de la vallée, dernier souffle d’une bien-aimée… Le vent se lève, il faut tenter de vivre. / Le vent se lève de Hayao Miyazaki
  • L’apothéose d’un solo final, transe jouissive, symbole d’un ultime renversement. / Whiplash de Damien Chazelle
  • L’incontrôlable Steve qui ouvre de ses deux mains le cadre rigide de l’image pour un bref instant de respiration. / Mommy de Xavier Dolan
  • Le souvenir d’un instant ludique entre un père et son fils. Souvenir inventé, formaté et récité lors d’un oral d’admission à l’école… primaire. Tristesse et cruauté infinies. / Tel père, tel fils de Hirozaku Kore-eda
  • Un match de foot sans ballon, acte de résistance poétique et chorégraphié dénonçant l’absurdité de tout intégrisme. / Timbuktu d’Abderrahmane Sissako
  • Un métier d’avenir ? Ecrivain de lettres d’amour pour ceux qui n’ont plus les mots. / Her de Spike Jonze
  • Les photographies de Vivian Maier. Clichés volés d’une rare intensité. Une révélation. / A la recherche de Vivian Maier de Charlie Siskel
  • Entre surprise, audace et brutalité… la disparition inexpliquée de Valentine au détour d’un sentier. / Sils Maria d’Olivier Assayas
  • Une goutte d’eau minuscule qui part des profondeurs de la mer pour éclater en pleine lumière. / Still the water de Naomi Kawase
  • L’hommage post-mortem réservé à un homme généreux, mais seul. / Still life d’Uberto Pasolini
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s