« The Riot Club » de Lone Scherfig

Critiques

On éprouve un certain malaise ou pour ne pas dire un malaise certain face à cette illustration d’une jeunesse dorée anglaise en rage de devoir se retenir devant les moins privilégiés. Ô pauvres petits riches qui requièrent le droit de pouvoir boire, se goinfrer et se comporter sans une once de classe ! Le propos semble bien peu opportun en période de crise et le soufre annoncé n’explose jamais véritablement. Reste un arrière-goût désagréable, symptôme d’efficacité. Peut-être parce que le tout ne fait que refléter la décadence humaine.

6/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s