« Still Alice » de Richard Glatzer et Wash Westmoreland

Critiques

Oublier, c’est mourir un peu… Et quand il s’agit des êtres aimés, des mots et des souvenirs, ce sont les pans d’une vie entière qui se fissurent et finissent par s’écrouler. Maladie si angoissante qu’est Alzheimer. Dans son approche, le film fait preuve d’une retenue délicate, mais s’avère peut-être trop sage et sans réelle surprise. Un approfondissement plus risqué des problématiques liées à l’hérédité et aux effets dégénératifs sur l’entourage aurait été apprécié. Nous restera néanmoins l’interprétation tout en humilité de la rayonnante Julianne Moore.

6.5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s