« Cinquante nuances de Grey » (Fifty shades of Grey) de Sam Taylor-Johnson

Critiques, Navets

Partant du principe qu’un jugement se doit d’être honnête et objectif, Il me fallait donc passer par la case du film dont chacun parle, mais que personne n’ose aller voir ouvertement n’attendant que de pouvoir le télécharger en toute discrétion. Alors, alors ? Amateurs d’érotisme, de provoc’ et de perversité, restez chez vous ! Déception et frustration vous attendent au bout de cet interminable chemin. A peine une once de sensualité de-ci de-là. Dialogues insipides et involontairement comiques – « A plus, baby ! » –, décors bien ternes – « Ouahhh, tu m’emmènes à Seattle ?!? » – et personnages caricaturaux au possible. « 50 nuances » n’est qu’une énième histoire de Cendrillon mettant ici en scène une cruche et des sourcils froncés dont l’indigence respective mérite elle une bonne paire de claques. Hmmm, ma soupe de navets aura au moins du goût en 2015…

3/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s