« Big eyes » de Tim Burton

Critiques

Qu’est-ce que l’art ? Peut-il être populaire ou devrait-il se réserver à une élite critique ? La marchandisation tue-t-elle l’art ou le répand-elle ? L’art féminin aurait-il moins de valeur que l’art masculin, aujourd’hui encore ? Questions d’intérêt que le film provoque sans chercher de réponses. Tim Burton préfère adresser ici un hommage à Margaret Keane – peintre longtemps usurpée, inspiratrice de ses propres créations – sans faire montre d’une vive implication. On aurait apprécié plus de contraste entre le kitsch des toiles et l’Amérique illustrée de l’époque, davantage de gothique peut-être et moins de couleurs saturées. Les personnages, entre l’effacement appuyé de l’héroïne et les excès presque grotesques de son bonimenteur de mari, perdent en épaisseur et peinent à susciter l’empathie. Au final, l’ensemble prend un tournant cartoonesque pas désagréable, mais relativement vain.

6.5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s