« Taxi Téhéran » (Taxi) de Jafar Panahi

Critiques

Beau condensé sociétal que le taxi de Jafar Panahi, où se croisent et se décroisent un vendeur de DVD à la sauvette, un blessé agonisant, une fillette espiègle, une avocate engagée et… un poisson rouge. De quoi évoquer le sérieux et l’absurde, entre sourires et drames. De quoi s’interroger aussi et surtout sur ce que peut être le cinéma dans un pays où le gouvernement interdit au réalisateur même de tourner. Derrière son volant, l’Iranien s’en joue avec astuce et créativité, s’amusant à emmêler le réel et le joué, le vrai et l’illusion. Dans ce contexte hors-norme, on lui pardonnera les limites de son dispositif, l’interprétation appuyée de certains protagonistes et l’aspect égocentré de l’ensemble pour mieux se laisser étourdir par cette mise en abyme vertigineuse dans laquelle un faux taximan enregistre sa nièce en train de filmer un caméraman immortalisant des jeunes mariés.

7.5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s