« Mad Max: fury road » de George Miller

Critiques

30 ans après, Max est de retour et il est toujours aussi dément. Nouvelle rassurante pourtant, son papa George Miller demeure au volant. Et c’est parti pour deux heures non-stop de « fast » et de « furious ». L’aspect série Z assumé, le vacarme assourdissant et le montage épileptique – reflet possible de l’état d’esprit du héros – font craindre le pire, avant que l’œil et l’oreille ne s’habituent à ce rythme effréné. Clins d’œil à la trilogie pionnière et lectures écologique, féministe ou misogyne, voire djihadiste, satisferont les analystes débatteurs. Les autres se contenteront de la folie rock et métallique de ce trip hallucinogène où l’humain et la machine fusionnent dans une animalité presque fascinante.

7.5/10
twitter.com/cinefilik

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s