« Microbe et Gasoil » de Michel Gondry

Critiques

Les nouvelles du plus inventif des réalisateurs français se faisaient plutôt rares depuis le semi-échec de son adaptation du monument L’écume des jours. Le revoilà sautillant sur des sentiers plus modestes et moins caillouteux. En nous contant l’amitié margée entre Microbe, le freluquet androgyne, et Gasoil, le bidouilleur de moteurs, ce sont ses souvenirs adolescents qu’il paraît mettre en scène. Peu à l’aise au début, semblant réciter leurs dialogues très écrits, les jeunes comédiens finissent par trouver le bon rythme au fil du film. La petite fugue de ces deux loustics en pleine puberté sur les routes de France devient une odyssée intrépide qu’on aurait aimée plus audacieuse et imaginative encore. Teintée d’humour et d’amertume, leur course d’école buissonnière est avant tout une échappatoire à un monde adulte triste et malade. « Grandir, c’est se conformer et la conformité n’est qu’une preuve de faiblesse » nous assènent-ils… Michel Gondry dans toute sa candeur.

6.5/10
twitter.com/cinefilik

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s