« Amy » de Asif Kapadia

Critiques

Regard espiègle, large sourire aux dents du bonheur, la jeune Amy, sur un « Happy Birthday » à faire rosir Marilyn, n’imagine guère à cet instant son devenir d’exception qui fera d’elle l’une des plus grandes voix du jazz de ces dernières années. Ce long documentaire retrace son parcours chaotique, de son enfance (mal)heureuse à sa gloire étincelante, mais éphémère. Les images d’archives s’accumulent et s’enchaînent au point de fatiguer l’œil du spectateur, malmené entre les anciennes vidéos de piètre qualité, le crépitement épileptique des flashes charognards et les instants voyeurs. Les acteurs de l’époque témoignent sans apparaître comme pour mieux laisser l’étoile libre et filante emporter le film avec elle. Sous des excès de maquillage et une chevelure démesurée, l’artiste ivre de talent ne dissimulait guère la jeune fille frêle qu’elle était restée. Mal entourée, mais prête à tout pour ceux qu’elle avait dans la peau, elle s’est laissé brûler les ailes ; plus elle montait vers la lumière plus l’enfer du showbiz consumait l’incandescence de son talent. Le destin a fini par la réduire en cendres tout en inscrivant le nom de Winehouse dans la légende… Back to black, Amy.

6.5/10
twitter.com/cinefilik

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s