« La isla minima » de Alberto Rodríguez

Critiques

Vue du ciel, la lande andalouse ressemble à s’y méprendre aux circonvolutions tortueuses d’un cerveau malade. C’est là que les corps mutilés de deux sœurs disparues vont bientôt être retrouvés. Le cinéma espagnol se la joue True detective troquant les bayous poisseux de la Louisiane pour ses marécages insolites. Le contexte est celui des années 80 qui marquent les premiers temps d’une démocratie encore fragile, exhalant les relents fétides de la dictature. Le duo antagoniste d’enquêteurs souligne bien cette transition post-franquiste. La mise en scène, plus que soignée, est efficace et promet quelques sursauts. L’affaire en elle-même manque malheureusement de suspens et s’apparente plus à un dédale bien rectiligne dans lequel on s’engouffre qu’à un labyrinthe alambiqué qui nous fait perdre pied.

Pensée du jour : toute dictature est un meurtre.

7/10
twitter.com/cinefilik

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s