« La volante » de Nicolas Bonilauri et Ali Christophe

Critiques

Un soir de pluie, alors que son épouse est sur le point d’accoucher à ses côtés, Thomas percute et tue un jeune homme bien malgré lui. Neuf ans plus tard, Marie-France, la mère de la victime, devient – oh quel hasard des plus insidieux – sa secrétaire. Le cinéma français s’essaie une fois de plus au genre du thriller, territoire risqué qui semble se refuser à lui, et c’est à nouveau… la débandade. On osait espérer une histoire de vengeance particulièrement retorse et inspirée – Gone girl, cela vous dit quelque chose, les Frenchies ? –, et c’est un téléfilm poussiéreux du début des années 90 que l’on nous sert froid qui plus est. L’intrigue tombe vite à plat et se décrédibilise en quelques scènes. Le rythme nous lasse également sans attendre. Quant aux acteurs – quelqu’un pour les réveiller ? –, ils ne sont ni convaincants ni convaincus : Nathalie Baye fait tout ce qu’elle peut pour paraître inquiétante, mais visage sans âge et brushing impec’, elle demeure Nathalie Baye. Dites Monsieur Fincher, à quand une « master class » à Paris ? Messieurs Bonilauri et Christophe s’assiéraient sans nul doute au premier rang.

Pensée du jour : la vengeance est un plat qui se mange froid… et c’est parfois très indigeste.

3.5/10
twitter.com/cinefilik

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s