« Mustang » de Deniz Gamze Ergüven

Critiques

Lale et ses quatre sœurs ont du cheval mustang la fougue indomptable. Et leur cœur vrombit à l’intérieur comme le moteur de la voiture. Alors que la sonnerie marque leur dernier jour d’école et le début des grandes vacances, elles s’en vont, crinières au vent, plonger dans la mer Noire tout habillées en compagnie de camarades garçons. Mais leurs jeux et leur joie de vivre sont interprétés dans ce village reculé comme une offense. La punition sera la séquestration. Ce premier film franco-turc se démarque avant tout par l’énergie formidable que dégagent ses héroïnes, souvent filmées lovées et enlacées. On s’amuse de leurs feintes métamorphosant chacune des brides imposées en un filin synonyme d’échappatoire : une leçon de cuisine plus sensuelle que traditionnelle, des draps transformés en piscine par l’imaginaire, un match de football aux vertus féministes et, renversement ultime, une maison prison afin de détenir les bourreaux à l’extérieur. On a la boule au ventre face à l’oppression qu’elles subissent de la part d’une société phallocrate et adulte des plus hypocrites : les voisins délateurs, les mariages arrangés – heureux ou pas –, le viol… asphyxient innocence et fraîcheur, si bien que le « suicide des vierges » devient l’acte ultime de résistance de ces cinq doigts d’une même main, le majeur fièrement levé.

Pensée du jour : toute prison engendre l’échappatoire.

8/10
twitter.com/cinefilik

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s