« Boomerang » de François Favrat

Critiques

Le mensonge est une bombe à retardement qui finit toujours par exploser. Reste à savoir quand et avec quelles conséquences. Antoine, père de famille fraîchement séparé, s’interroge encore et toujours sur la disparition de sa mère, retrouvée noyée 30 années plus tôt. Suicide, accident ou meurtre, le mystère demeure et le silence l’envenime. Accompagné de sa sœur Agathe, il revient sur l’île de Noirmoutier, berceau de leur enfance, en quête de vérité. Adapté d’un roman à succès, le film n’aurait pas fait tache un samedi soir sur France 3 dans la collection à portée touristique Meurtres à… Cependant, sur grand écran, ses défauts se font presque grossiers : une intrigue plutôt plate qui ne bouleverse aucunement le genre, une réalisation sans inventivité, quelques incohérences et facilités empèsent le tout. L’approche du dénouement relève quelque peu l’ensemble, mais le désintérêt a déjà fait son œuvre. On se surprend dès lors à épiloguer sur le curieux travail de la costumière quant aux choix des pulls portés par les protagonistes, d’une rare laideur … C’est dire…

Pensée du jour : tel un boomerang, le mensonge finit toujours par nous revenir en pleine face.

5.5/10
twitter.com/cinefilik

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s