« Sicario » de Denis Villeneuve

Critiques

Bienvenue en enfer ! Bienvenue dans cette zone de non-droit située entre les Etats-Unis et le Mexique où règnent en maîtres les cartels de la drogue. C’est par les yeux grands ouverts de Kate, jeune recrue du FBI, que nous la découvrons dans toute son horreur. Seule présence féminine cernée d’un escadron de mâles, cette idéaliste, voulant croire à la puissance des lois, est une agnelle encore blanche jetée dans un monde de loups gris dans lequel bien et mal peinent à se distinguer et se mélangent. La thématique n’est pas révolutionnaire et se limite à la lutte entre police d’élite et trafiquants. Mais rarement un degré d’intensité aussi haut n’aura été atteint, la poudrière étant prête à exploser à tout instant. Plus qu’efficace, la mise en scène de Denis Villeneuve alterne vues aériennes qui illustrent la géographie complexe de la frontière où se côtoient désert et fourmilières urbaines, caméra subjective et thermique dans une descente dans les limbes, et plans rapprochés où le spectateur, au plus près des personnages, la boule au ventre et un goût de sang dans la bouche, cherche à éviter les balles. On en ressort sonné et sans grand espoir, sachant que tant qu’il y aura des consommateurs, il y aura des producteurs.

Pensée du jour : si le paradis est au ciel, sur terre est l’enfer

8/10
twitter.com/cinefilik

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s