« Le fils de Saul » (Saul fia) de László Nemes

Critiques

En 1944, le Sonderkommando est une unité de travail composée essentiellement de prisonniers juifs forcés de participer au processus de la solution finale, en attendant leur propre exécution. Saul est l’un d’eux. Chargé de débarrasser le crématorium, il reconnaît parmi les corps son enfant. Désirant l’enterrer selon le rite, il se met en quête d’un rabbin et va tout tenter pour offrir à son fils une sépulture décente et lui permettre de recouvrer son âme. Il y a des films qui constituent une véritable épreuve faite de douleur et d’émotions vives. A 38 ans et au culot insensé, le Hongrois László Nemes signe l’un d’eux, en réalisant son premier long-métrage. Tourné en pellicule 35 mm, il nous immerge comme jamais dans l’enfer des camps de concentration et brise le tabou de la représentation des chambres à gaz. Une caméra qui s’agrippe aux pas et à la nuque du personnage, ainsi que le choix d’un écran 4/3, lui permettent de focaliser l’image au centre et de flouter les alentours afin d’en montrer le moins possible. Rouage de la machine génocidaire, où tout écart signifierait pour lui la mort, Saul ne se permet plus en l’occurrence de voir l’horreur et la déshumanisation environnantes. Cependant, l’imagination du spectateur et le travail sur le son comblent les vides oppressifs et créent l’étourdissement. Une expérience sensorielle vertigineuse dans laquelle les cris, les coups, les balles et le métal hurlent à nos oreilles et où le soufre et la puanteur de la chair affectent notre odorat. Quelques plans extérieurs sur des arbres et le chant des oiseaux évitent la suffocation pour quelques instants. Mais il n’y a guère d’échappatoire dans cette Histoire. Plus clinicien que poète, le cinéaste ne permettra ni espoir ni réconfort. L’apparition finale d’un angelot et d’un sourire n’auront rien d’un « Deus ex machina ». Un film « hantêtant », qu’il faut assurément voir, mais qu’il sera difficile de revoir.

Pensée du jour : le cinéma peut être aussi une épreuve douloureuse.

9/10
twitter.com/cinefilik

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s