« Le voyage d’Arlo » (The Good Dinosaur) de Peter Sohn

Critiques

Arlo est un frêle dinosaure qui craint les autres comme son ombre. Sa rencontre fortuite avec un petit sauvage, Spot, va l’obliger à faire face au monde et lui permettre de grandir. Après, l’excellent Vice-versa, bulle d’espièglerie et d’inventivité, le studio à la lampe de bureau désappointe en produisant un film sans goût ni saveur. Et si la terre n’avait pas été touchée par un astéroïde destructeur il y a 65 millions d’années ? Et si les dinosaures avaient continué à évoluer jusqu’à côtoyer les premiers humains ? Voilà bien la seule idée ici offerte : une inversion entre l’homme et l’animal. Les apatosaures prennent la parole et cultivent le maïs, alors que les êtres, encore sauvages, hurlent comme des loups. Le contraste aurait pu jouer sur l’absurde et engendrer mille gags, mais le réalisateur ne le développe guère, se contentant de la quête initiatique du héros. Il faut affronter ses peurs pour survivre ; refrain usé et archiconnu. Quant au graphisme des personnages, mal dégrossis, il déçoit également au contraire du réalisme convaincant des décors. Un Pixar qui ne parlera qu’aux plus petits, les grands enfants ayant été cette fois-ci oubliés.

Pensée du jour : si on revoyait plutôt Vice-versa ?!

5/10
twitter.com/cinefilik

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s