« Les saisons » de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud

Critiques

Pensée du jour : L’appel de la forêt

Il y a 12’000 ans, un réchauffement planétaire fit naître les forêts entraînant avec elles les saisons. Au fil des siècles, la nature a évolué à son rythme et cohabité tant bien que mal avec l’humain.

L’ami des bêtes Jacques Perrin reprend la caméra et s’approche à nouveau aussi près que possible des espèces sauvages. Après avoir parcouru le monde, il se pose ici en terre européenne. Ses images sont toujours aussi admirables et l’on s’interroge sur les techniques employées pour une telle proximité. Les premières scènes des bisons dans la neige donnent l’illusion d’une ère glaciaire encore présente. Cependant, d’autres séquences convainquent beaucoup moins et jouent sur un anthropomorphisme tout à fait regrettable. Les frimousses des louveteaux, les ours au combat ou le travail d’une araignée sur sa toile sont en soi suffisamment fascinants pour ne pas les grimer d’artifice et faire d’un faon une réplique disneyenne de Bambi, aussi craquant soit-il. Dans un discours retenu à hauteur d’enfant, la présence de l’homme en coulisse marque le temps qui passe. Alors que l’animal ne change guère, l’humain perd en discrétion ce qu’il gagne en nocivité au point d’être aujourd’hui un facteur influençant les saisons. Documentaire familial et pédagogique, le film a surtout la valeur d’une bulle d’oxygène incitant à une contemplation méditative.

6.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s