« La vache » de Mohamed Hamidi

Critiques

Pensée du jour : La vache qui rit… un peu

Le sympathique paysan algérien Fatah aime si tendrement Jacqueline qu’il en néglige sa propre épouse. Pour elle, il traverserait la Méditerranée et l’Hexagone à pied afin de l’emmener voir la tour Eiffel et participer au Salon de l’agriculture. Car Jacqueline est une affectueuse Tarine.

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Du bled à Paris, en passant par la campagne française, ce ne sont que sourires tolérants et mains tendues que croise la route de ce Fernandel arabe et de sa fidèle marguerite. On embrasse les douaniers accueillants, on remercie les policiers qui nous ont coffrés, on attendrit les médias et la noblesse en faillite. Jamel peut bien jouer sans raison véritable les peaux de vache, c’est pour vite retourner son perfecto et se laisser amadouer par la marche de Fatah Gump. Même Lambert Wilson, habitué aux rôles de bourgeois « méchanthomme », montre son côté tout doux. Un manque d’aspérité flagrant dans ce mont de naïveté sincère qui, au risque de paraître aigri, ne permet jamais à cette comédie peu drôle de s’envoler, la cramponnant fermement au plancher des… vaches.

6/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s