« Nahid » de Ida Panahandeh

Critiques

Pensée du jour : Son fils, sa bataille

En Iran, selon la loi, une divorcée ne peut obtenir la garde de son enfant. Nahid est une exception. Son ex-mari, en déséquilibre, la lui a cédée à condition qu’elle ne se remarie jamais. L’arrivée d’un nouvel homme dans sa vie va forcer la jeune femme à faire des choix et des sacrifices.

Telle une suite à l’intense Séparation d’Asghar Farhadi, ce premier film inspiré d’une fraîche réalisatrice décortique les difficultés de l’après-divorce, marqué ici par un chantage affectif rappelant Le procès de Viviane Amsalem de Shlomi et Ronit Elkabetz. Sans atteindre la redoutable mécanique du maître référence, le soin apporté aux détails donne néanmoins force et réalisme à ce drame familial. Un chien boiteux, symbole d’une fidélité fragile. La paire de chaussures laissée sur le palier qui annonce à l’intérieur une présence non souhaitée. Un canapé d’un rouge incongru, attribut du désir et de l’indépendance. Des mèches grises qui soulignent la constance de l’angoisse. Une main endolorie bientôt en sang… Dans une société dominée par les hommes, qu’ils soient pères, époux, frères ou propriétaires, quelle place réservée à une mère souhaitant rester femme ? Le mensonge, le vol, la manipulation, le mariage temporaire ? Si Nahid a tout de la maman courage, elle salit le plumage de l’oie blanche qu’elle n’est pas ou qu’elle n’est plus. La survie l’a rendue dure, sèche, voire agressive. Quand elle prie Dieu, c’est pour mieux le maudire dans la foulée. Et si elle accepte de laisser trancher un tribunal, ce n’est que pour déterminer qui d’elle ou de son ancien mari est le moins mauvais des deux. Mais sur la barque qui la rentre, son fils évanoui dans les bras, c’est son visage vrai de « Mater dolorosa » qu’elle finit par dévoiler. Une Pietà vers laquelle des mains se tendent encore, dont celles de cet homme bon qui l’espère sur la plage. Loin d’une rencontre à la Lelouch, leurs escapades au bord de mer s’effectuent sous l’œil inquisiteur d’une caméra. Ici, l’amour et la liberté demeurent sans cesse sous surveillance.

7.5 /10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s