« Folles de joie » (La pazza gioia) de Paolo Virzi

Critiques

Pensée du jour : Vol au-dessus d’un nid d’oiselles

La Villa Biondi, gracieuse résidence italienne, est devenue une institution psychiatrique pour femmes. Parmi les patientes qu’elle accueille se distingue l’extravagante Beatrice, intarissable bourgeoise à la splendeur fanée. Touchée par les cassures de Donatella, une nouvelle venue, la volubile va tout faire pour l’aider à se reconstruire, quitte à s’enfuir avec elle.

Un Thelma et Louise à la sauce bolognaise, épicé de Tennessee Williams et de Milos Foreman, nous promettait-on sur le papier. Malheureusement, ces beaux espoirs ne durent pas, douchés par une hystérie ambiante vite fatigante et une écriture au trait grossier. L’histoire de ces deux oiselles déplumées par la vie peine à prendre son envol et à quitter le nid. Dans ce duo lourdement contrasté – blonde éclatante contre sombre dépressive, droite noblesse confrontée au prolétariat courbé –, les efforts de Valeria Bruni-Tedeschi, enfin libre d’assumer sa folie égocentrée, sont à saluer. Mais son interprétation dévorante ne laisse que des miettes à sa partenaire de jeu dont le personnage paraît alors bien pâle. Son quart d’heure de gloire devra attendre les derniers instants du film pour qu’elle puisse enfin exister et susciter une once d’émotion. Trop tard !

5.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s