« Le monde de Dory » (Finding Dory) de Andrew Stanton et Angus MacLane

Critiques

Pensée du jour : Un poisson nommé Dory

Dory, l’amie écailleuse du petit clown Nemo, souffre depuis toujours de troubles de la mémoire immédiate, si bien qu’elle a complétement oublié son passé. Quand des fulgurances liées à l’enfance lui reviennent, un besoin irrémédiable de retrouver ses parents s’empare d’elle. En « mer » pour de nouvelles aventures !

Qui a pu oublier l’irrésistible Dory à la mémoire d’un poisson rouge, si ce n’est elle-même ? Pas Disney-Pixar en tous les cas qui, surfant sur la vague du succès du Monde de Nemo, opte pour la facilité en faisant de ce personnage secondaire et populaire leur nouvelle héroïne. Pas de quoi crier au scandale ni au génie dans cette histoire d’eau quelque peu paresseuse qui reprend la trame du premier chapitre – la quête familiale – en l’inversant simplement. Quant au message sur le handicap, il n’évolue guère non plus et rappelle que, dans les situations délicates, ce sont souvent les parents les plus inquiets et les enfants atteints qui rivalisent de débrouillardise. Apparaissent néanmoins de nouvelles têtes sympathiques comme Destinée, le requin-baleine complétement miro, Bailey, le béluga visionnaire, Becky, la poule d’eau dingo et l’incongruité de la version française… Claire Chazal. Sans oublier bien sûr Hank, le poulpe-caméléon qui se prend pour James Bond et qui pourrait prochainement à son tour inspirer sa propre franchise.

6.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s