« La tortue rouge » de Michael Dudok de Wit

Critiques

Pensée du jour : L’île mystérieuse 

Un naufragé échoue seul sur une île déserte. A la recherche d’un moyen pour quitter cette terre ni accueillante ni hostile, il construit un radeau de bambou et tente de s’échapper par les flots. Mais son embarcation de fortune est détruite par une force étrange bientôt incarnée par une tortue rouge.

Un homme sans nom et sans passé. Pas de paroles non plus, si ce n’est quelques borborygmes, et une temporalité floue qui étirent  la durée d’1 heure et quart de ce film d’animation atypique. Une expérience philosophico-sensorielle qui déstabilisera peut-être les enfants et alanguira les moins jeunes. Demeure un beau style graphique associant Orient et Occident. Dans cette co-production des fameux studios Ghibli, mise en scène par un Néerlandais, le réalisme épuré du dessin fait davantage penser à Hergé qu’à Miyazaki. N’atteignant pas la force onirique du maître japonais, il rappelle cependant sa poésie animiste tout en s’imprégnant de la patte scénaristique de Pascale Ferran, moineau délicat de Bird people. Au final, un conte existentiel célébrant le mariage fragile entre l’humain et la nature au fil du temps, de la vie et au-delà de la mort.

6.5/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s