« La terre et l’ombre » (La tierra y la sombra) de César Acevedo

Séances rattrapage

Pensée du jour : Cendres et poussière

Après 17 ans d’absence, Alfonso revient sur ses terres auprès de ceux qu’il a abandonnés. Il y retrouve une famille à l’agonie autour d’un fils malade et une agriculture étouffée par la canne à sucre.

Le réalisateur colombien retourne et tourne dans les lieux qui ont marqué son enfance pour évoquer la fin d’un monde, proie consentante et victime d’un soi-disant progrès. L’exploitation forcenée du sol et des travailleurs spolie les paysages et ravage les âmes. Dans ce requiem languissant, on apprend à siffler, car les oiseaux eux-mêmes ont depuis longtemps cessé de chanter.

(6.5/10)

 La terre et l’ombre.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s