« Ixcanul » de Jayro Bustamante

Séances rattrapage

(Rattrapage) Pensée du jour : Un volcan s’éveille, un être s’éteint

María, 17 ans, vit avec ses parents sur les pentes d’un volcan. D’origine maya, ces paysans pauvres et sans terre survivent en récoltant le café. Afin de mieux s’en sortir, ils espèrent une noce entre leur fille et Ignacio, le contremaître de l’exploitation pour laquelle ils travaillent. Mais María s’éprend de Pepe, jeune  cueilleur lui-aussi, et ne rêve que de partir en sa compagnie aux États-Unis.

Triangle amoureux, mariage arrangé, condition féminine, avortement, enfants volés, discrimination ethnique et rites traditionnels sont parmi les nombreux thèmes abordés dans ce premier long-métrage guatémaltèque d’une maîtrise remarquable. Son atmosphère complexe, mêlant réalisme socioculturel, mélodrame passionné et croyances mythiques, imprègne un récit aux décrochages étonnants.  Quand la boucle se boucle sur une image ultime du visage fermé de María, se comprend alors toute la portée tragique qui voile le regard de la jeune fille.

(7.5/10)

Ixcanul

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s