« The witch » de Robert Eggers

Séances rattrapage

(Rattrapage) Ma sorcière mal-aimée

Dans la Nouvelle-Angleterre du XVIIe siècle, une famille très croyante est rejetée par sa communauté. Livrée à elle-même, elle s’établit  à l’orée d’une forêt. Les temps sont durs et les récoltes mauvaises. Quand le dernier-né, alors sous la garde de Thomassin, la fille aînée, disparaît mystérieusement, doute et suspicion gangrènent les esprits qui craignent là un acte de sorcellerie.

S’appuyant sur des écrits et témoignages de l’époque, le film retranscrit avec fidélité cette atmosphère pesante, gorgée de puritanisme religieux, dévotion exacerbée et superstition démoniaque. Le soin porté à l’image et au son, ainsi que la qualité du jeu d’acteur – les enfants impressionnent – participent à intensifier l’angoisse. Quelques effets superflus lestent le final, mais l’ensemble résiste pour nous offrir un conte horrifique et troublant.

(8/10)

The witch

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s