« Rester vertical » de Alain Guiraudie

Critiques

Pensée du jour : L’homme qui a vu le loup

Il était une fois Léo, un scénariste dilettante, en panne d’inspiration. Errant sur les chemins de traverse, en quête du loup et de rencontres fortuites, il fait la connaissance de Marie, au milieu des moutons. Tous deux se rapprochent, se désirent et se séduisent, tous deux deviennent parents. Mais, malheureuse, la jeune femme délaisse enfant et amant. Seul avec son nourrisson, Léo s’égare et s’abandonne.

Audacieux, créatif, sexuel et provocant, le cinéma de Guiraudie déconcerte et se résume difficilement. A la lueur de la fable et de la Bible, sa relecture existentielle prend quelque sens. On croise la bergère Marie, loin d’être vierge et innocente, un ogre aux yeux tristes prêt au sacrifice d’Abraham, un moïse naviguant sur les eaux, une fée de la forêt qui soigne avec des électrodes végétales, un vieillard rock’n’roll espérant un trip ultime. Sur les causses de Lozère, le plus léger côtoie le sombre. Les limbes s’ouvrent et mendient l’âme nue de Léo de Hurlevent. Quand rôde la menace du loup et de la mort, il faut affronter ses peurs, ses désillusions, et demeurer debout. Car de l’origine du monde et du bâton de joie, resté vertical, naîtra la vie, la résurrection.

6.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s