« Frantz » de François Ozon

Critiques

Pensée du jour : Un long dimanche de fiançailles

Après l’armistice de 1918, dans une petite ville allemande, la belle Anna pleure Frantz, son fiancé perdu au front. Recueillie et hébergée par ses beaux-parents, elle s’en va chaque jour fleurir la tombe de son aimé. Quand elle découvre des roses déjà déposées sur la pierre, elle ne peut que s’en étonner. Celles-ci viennent d’un Français qui a connu Frantz pendant la guerre.

Le conflit, la douleur et la mort, le doute, la haine et l’amour… Ozon joue la carte du mélodrame classique. Alors qu’il nous avait habitués à de l’audace et de l’avant-gardisme dans ses choix, il étonne et déçoit presque par une certaine retenue que l’on n’attendait plus de lui. Sa trame aux élans pacifistes se concentre essentiellement sur la réconciliation douloureuse entre la France et l’Allemagne d’une autre époque. Elle s’échafaude sur les destins transversaux de deux personnages désillusionnés par les violences de la guerre qui se croisent et se décroisent. Incarnés par Pierre Niney, fragile, et Paula Beer, ici révélée, ils se confrontent au mensonge pour espérer se redresser. Le sujet et la construction miroir du film ne sont pas inintéressants, mais manquent de rythme et de modernité. Tout comme ces beaux gris clairs et gris foncés vite lassants que viennent colorer quelques souvenirs et bonheurs déchus. Une œuvre maîtrisée certes, mais sans le trouble ni l’excitation espérés. On préfère le Ozon qui ose plus.

7/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s