« Clash » (Eshtebak) de Mohamed Diab

Critiques

Pensée du jour : Pyramide humaine

Égypte, février 2011. Une révolution populaire chasse du pouvoir le Général Mohammed Hosni Moubarak, après trente années de règne. Mai 2012. Le candidat des Frères musulmans, Mohamed Morsi, devient, dans l’histoire du pays, le premier président civil élu démocratiquement. Juillet 2013. Un coup d’État militaire renverse son pouvoir et réprime le mouvement panislamiste. Le désordre règne alors dans la capitale. Adeptes et opposants envahissent les rues et des émeutes éclatent. Arrêté par une police débordée, un échantillon de manifestants se retrouve bientôt cloîtré dans un fourgon cellulaire.

Ainsi, le véhicule devient le théâtre de la vie politique et sociale égyptienne. Partisans des deux bords, religieux, journalistes, hommes, femmes, enfants, étrangers, riches et pauvres se voient contraints de coexister dans un espace minuscule. A leur charge de communiquer et de collaborer pour survivre à la promiscuité, à la violence interne et externe, à la chaleur et à la soif. Un huis-clos plutôt malin, non dénué de quelques bribes d’humour, mais limité par son dispositif circonscrit qui empêche l’action et les personnages de gagner en profondeur. Demeure une portée symbolique forte qui exprime le fait que dans cette guerre civile où tous finissent par se ressembler et se confondre, sans cohésion d’ensemble, il n’y aura aucun gagnant.

7/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s