« Iris » de Jalil Lespert

Critiques

Pensée du jour : Les yeux mi-clos  

Iris, la belle épouse d’un riche banquier parisien, demande à Max, mécanicien en faillite, de la kidnapper en vue d’obtenir une rançon de 500 000 euros. Il accepte le coup monté au risque de s’y perdre.

Jalil Lespert, réalisateur et comédien, s’éloigne du soyeux de son distingué biopic Yves Saint Laurent pour se laisser séduire par les yeux de velours de son héroïne, incarnée par Charlotte Le Bon, longiligne à souhait. Il s’aventure alors dans les affres du thriller se réclamant notamment des influences hitchcockienne et fincherienne – Se7en, Millenium, Gone girl – sans négliger Kubrick – Eyes wide shut. Voir grand fait-il grandir ? Hélas, la comparaison anglo-saxonne ne favorise pas le Français qui ne parvient jamais, malgré la pluie, le fouet et les côtés sombres de l’âme humaine, à susciter le malaise. De l’ambition, certes, mais un manque d’audace dommageable. L’on suit donc cette intrigue aux quelques rebondissements bien calculés, sans réelle excitation et les yeux mi-clos.

6/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s