« Louise en hiver » de Jean-François Laguionie

Critiques

Pensée du jour : La vieille qui marchait dans la mer

La fin de l’été fait fuir les saisonniers. Pensant avoir le temps, Louise le prend. Elle rate pourtant le dernier train. Il n’y en aura plus avant l’an prochain. La voilà, âme errante, dans la station balnéaire délaissée de Biligen. Seule avec ses rêves. Seule avec ses souvenirs.

Après Anomalisa, La Tortue rouge et, dans une certaine mesure aussi, Ma vie de courgette, l’animation cinématographique s’éloigne à nouveau des territoires enfantins pour susciter l’intérêt et la réflexion du public adulte. Sur une relecture de Robinson Crusoé,  Jean-François Laguionie qui s’était démarqué en réalisant un beau Tableau s’interroge sur la fatalité de la vieillesse. Sentiment d’abandon ? Lutte contre l’amnésie ? Sénilité ? Les angoisses personnelles se transposent sur le personnage vaillant et serein de Louise. Les pastels et gouache diluée aux couleurs douces laissant transparaître le grain du papier, ainsi que la sobriété du trait séduisent en dépit d’une animation quelque peu saccadée. Libre à chacun de se laisser inspirer ou pas par la poésie quasi surréaliste de l’auteur. Un dessin animé qui risque d’ennuyer les enfants pour mieux plaire aux seniors.

6.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s