« Premier contact » (Arrival) de Denis Villeneuve

Critiques

Pensée du jour : Espéranto

Douze objets volants non identifiés sont apparus sur terre. Leur présence déclenche l’angoisse et la méfiance des gouvernements. Envahisseurs ou pacifistes ? En Amérique, l’armée fait appel à la linguiste Louise Banks. Sa mission, rentrer en contact avec ces êtres venus d’ailleurs et décoder leurs intentions.

La revisite du genre extraterrestre par le talentueux Québécois attise les esprits. Antithèse d’un Independence Day, dégorgeant un patriotisme imbécile, elle est à situer entre l’imaginaire de Spielberg et l’intellect de Kubrick. Son approche effaçant les frontières entre passé, présent et avenir, horizontalité et verticalité, donne le vertige. Ses seiches éléphantesques s’exprimant par jet d’encre dans des logogrammes évoquant Rorschach fascinent et inquiètent. Ses amandes noires qui lévitent rappellent le fameux monolithe. Ici, quasi inexistantes sont les explosions et la mitraille, quitte à assoupir les amateurs de trinitrotoluène. Partant du principe que l’on ne craint que ce que l’on ne comprend pas, c’est dans le langage et son décryptage que réside le vrai pouvoir. Ciment de toute civilisation, ils permettent un rapprochement entre les peuples quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent. Un beau discours qui fait rimer dans un final évoquant l’Arbre de vie de Malick espoir et espéranto.

8/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

7

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s