« Paterson » de Jim Jarmusch

Critiques

Pensée du jour : La vie est un long fleuve tranquille

Les jours se suivent et se ressemblent à Paterson, New Jersey, dans la vie lisiblement écrite de Paterson, chauffeur de bus.  Mais, c’est dans cette routine affirmée que le jeune homme perçoit la poésie du quotidien.

Il y a Laura, sa compagne, qui repeint le monde en noir et blanc, elle qui rêve de vivre ses rêves entre cupcakes et musique country. Donny, son collègue plaigneur, pour qui tout est un poids qu’il lui faut supporter. Les piliers du bar au spleen ambiant qu’il fréquente chaque soir. Ses passagers qu’il écoute disserter sur la ville et ses héros presque oubliés. Marvin, enfin, le bouledogue anglais à la gueule triste qui le promène en laisse. Si l’on est en droit de penser qu’une semaine ici a tout d’un jour sans fin, on se laisse aussi attendrir par la douce mélancolie que dégage ce microcosme urbain coloré. Il suffit alors de considérer le soin que prend le discret Paterson à fermer une porte afin de ne pas réveiller sa belle au bois dormant pour être atteint par la beauté toute amoureuse de son geste.

7/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s