« Lola pater » de Nadir Moknèche

Critiques

Fanny Ardant est un homme comme les autres

Zino vient de perdre sa mère, décédée brutalement. Afin de lui annoncer la nouvelle, il part à la recherche de son père, Farid, qui les a abandonnés 25 ans plus tôt. A sa place, il découvre Lola, grande dame brune à la voix grave.

Pas de voyeurisme ni de perversité mal placée ici. De la douceur et de la sensibilité. Lola s’épanouit dans sa nouvelle vie et dans son nouveau corps jusqu’au jour où le passé la rattrape. Fanny Ardant endosse ce rôle délicat d’homme devenu femme en aimant toujours les femmes avec empathie, grâce, mais excès parfois. Par contraste, les personnages secondaires s’effacent tout en se démarquant par une présence moins appuyée, plus touchante. Si le scénario manque quelque peu de sophistication, il rappelle que, dans la différence, la quête de soi et de l’autre mêle souvent l’amour à la souffrance.

6.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s