« Vincent » de Christophe Van Rompaey

Critiques

Suicide raté

A 17 ans, Vincent en est à sa troisième tentative de suicide. Militant convaincu, il espère élever les consciences écologistes de tous en disparaissant de la surface de la terre, économisant ainsi 14 hectares de forêt. C’est « scientifique », affirme-t-il. De quoi désespérer sa famille recomposée qui assiste un soir au débarquement surprise de tante NiKki.

Quand le cinéma flamand vole, l’air de rien, trop près de Little Miss Sunshine, il se brûle les ailes et sombre dans la mer du Nord. Noir est l’humour, jaune est le sourire et rouge le déplaisir. Les caricatures s’enchaînent au fil d’un scénario très prévisible qui entremêle maladroitement le tragique et le comique. Un ado tête à claques qui tourne au terrorisme vert, une maman à bout de nerfs qui joue avec les nôtres, un beau-père labrador trop bon pour être vrai, Chouchou, la marraine bipolaire, et sa « boulette » de passage, un top chef qui ignore ce qu’est le végétalisme. On peine à croire une seconde à cette hystérie collective qui résume les Belges à des ploucs provinciaux et les Parigots à des têtes de veau. Belgique-France, 0-0, match NUL.

4.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s