« Lucky » de John Carroll Lynch

Critiques

“La bonne étoile”                                                             

Dans une ville perdue au milieu du désert américain, le vieux Lucky se contente de sa routine quotidienne. Une chute sans gravité l’incite néanmoins à s’interroger sur le temps qui lui reste.

Dans ce western sans action, les tortues terrestres ont remplacé les chevaux, les bandits sont devenus des avocats vertueux et c’est sur les cigarettes que l’on tire plus vite que son ombre. Corps rachitique, joues creusées et cheveux trop longs, Lucky a tout du parfait cow-boy fatigué sous son chapeau usé. Mais, son doux regard reste vif, perçant les failles de l’existence. Loup solitaire, mais pas isolé, il suscite la bienveillance et l’amitié de la communauté environnante.

Pas de quoi vibrer plus que de raison, mais un hommage émouvant et prémonitoire à l’éternel second, Harry Dean Stanton. A 91 ans, l’homme quitte la scène sur un sourire en ayant décroché enfin un premier rôle.

6.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s