« Vers la lumière » (Hikari) de Naomi Kawase

Critiques

“Soleil couchant”                                                              

Misako travaille dans l’audio-description. Lors d’une projection test, son interprétation du film est critiquée par Masaya, photographe de renom. Troublée, la jeune fille se passionne pour cet homme en train de perdre la vue.

Comment décrire une image à celui qui ne peut la distinguer ? Quels mots justes choisir ? Comment transmettre, sans les trahir, les intentions de l’auteur ? Comment éviter de se laisser diriger par ses propres sentiments ? Insoluble, l’exercice donne le vertige.

La réalisatrice japonaise aurait pu et dû se contenter d’inspecter l’abîme creusé par ces questions. Mais sous la pression possible de la co-production européenne, elle enrobe la réflexion dans une romance baignée de soleil couchant. Ainsi, cède-t-elle sur l’inaccessible pour concéder le prévisible.

6/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s