« Le 15 h 17 pour Paris » (The 15:17 to Paris) de Clint Eastwood

Critiques

“L’étoffe des héros”                                                    

Anthony, Alec et Spencer, trois amis américains, poursuivent leur voyage, comme prévu. Mais dans le train qui les emmène d’Amsterdam à Paris, un jihadiste armé fait irruption et tire.

Dis papi Clint, c’est quoi un héros ? Un héros, mon petit, c’est un homme humble qui, guidé par la main de Dieu et sa maîtrise des armes, saura agir avec efficacité et justesse au moment opportun. Un héros, c’est aussi un vaillant patriote, arborant fièrement les couleurs du pays à travers le monde…

S’ensuit un hommage appuyé à ces jeunes gens ordinaires qui ont bâti l’extraordinaire en 2015, en maîtrisant un terroriste disposé au carnage. Pour étoffer son propos, Eastwood s’oblige à raconter leur enfance en milieu chrétien, leur engagement dans l’armée et leur séjour européen. Comme si tout préméditait l’acte courageux final. Hélas, contrairement à ses films précédents – American Sniper et Sully –, son approche exempte de toute ambiguïté critique polit le portrait et engendre la platitude. En demandant aux vrais protagonistes de reprendre leur rôle, il empêche toute mise à distance dans cette histoire davantage adaptée au documentaire. Son discours s’enrobe alors d’une idéologie messianique, militaire et nationaliste, qui ne convainc guère.

4/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s