« Mektoub, my love (canto 1) » de Abdellatif Kechiche

Critiques

“Le temps de l’insouciance”                                      

C’est l’été, les vacances. Amin a quitté la capitale pour rejoindre sa famille et ses amis à Sète, dans le sud de la France.

“Sea, sex and sun”. Belles et beaux se rencontrent sur la plage pour parler de tout et de rien. Les corps se séduisent et les langues se mélangent. On s’attrape, s’étreint et se quitte en respectant la règle du jeu de l’amour et du hasard. En marge de cette jeunesse insouciante, Amin, le photographe, garde ses distances. Double du réalisateur, l’agneau observe les louves et entretient le mystère. Que veut-il ? Qui veut-il ? Objet de désir lui aussi, il mate sans goûter, laissant la caméra de Kechiche lécher les culs des vénus blanches qui dansent autour de lui.

Le temps dure 3 heures. Les séquences s’étirent plus que de raison alternant le vide, le vulgaire et la beauté pure. C’est confortable, lumineux, mais plutôt vain. Il manque un message plus profond qui prendra sens peut-être dans le prochain chant de ces destinées sentimentales.

6.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s