« Red sparrow » de Francis Lawrence

Critiques

“Hunger game”                                

Brisée en plein élan, la danseuse étoile Dominika Egorova n’a plus d’autre choix. Afin de subvenir aux besoins de sa mère malade, elle devient une Red Sparrow, agente spéciale du KGB, entraînée à séduire pour obtenir ce qu’on lui demande.

« Votre corps appartient à l’Etat ; il l’a nourri et fait grandir. A vous de le lui donner en retour. » Voilà ce que l’on inculque aux jeunes recrues des services secrets, dans cette Russie atemporelle, sentant encore la guerre froide. Le sexe est une arme de destruction massive et l’ennemi, un puzzle inachevé. Aux « moineaux rouges » de devenir la pièce manquante.

Entre érotisme et violence crus, le film avance sur des chemins balisés, sans ménager de réelles surprises, en dépit d’un final plutôt réussi. Mensonges et trahisons donnent le la, plutôt que les scènes d’action. Dans le rôle de la maîtresse du jeu, Jennifer Lawrence marche sur les pas de Charlize Theron. Moins à l’aise que la blonde atomique, elle prouve cependant qu’elle n’est plus une héroïne pour adolescents en affirmant avec force que son âme et son corps n’appartiennent qu’à elle.

6/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s