« L’homme qui tua Don Quichotte » (The man who killed Don Quixote) de Terry Gilliam

Critiques

“Les moulins de son cœur”                                

Désabusé, Tobi a troqué depuis longtemps ses rêves de cinéma pour des publicités sans âme et lucratives. Occupé à un tournage en Espagne, il retrouve par hasard le héros de son premier film intitulé L’homme qui tua Don Quichotte. Ce cordonnier vieillissant croit toujours dur comme fer qu’il est le chevalier à la triste figure.

Voici donc une œuvre miraculée et souvent qualifiée de maudite, conclusion de 25 années de tentatives infructueuses, drames en tous genres et situations ubuesques. Terry Gilliam touche enfin à son inaccessible. Force est de constater que le rocambolesque de cette aventure passionne plus que le charivari qu’il parvient à nous offrir enfin. Image floue, décors datés, baisses de rythme, réécritures approximatives. Malgré ces faiblesses, le récit à tiroirs tient étonnamment et se laisse découvrir sans déplaisir. Dans son rêve obsessionnel, impossible quête propre à l’homme de la Mancha, Terry Gilliam a tué Don Quichotte… et pris sa place.

6.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s