« Ocean’s 8 » de Gary Ross

Critiques

“Femmes fatales”                                

Après 5 longues années passées en prison, Debbie fait la promesse d’une vie rangée. Sourire de façade, puisqu’elle a déjà prévu de subtiliser un précieux collier de diamant lors du grand gala du Metropolitan Museum of Art.

Dans la famille Ocean, j’appelle la petite sœur. Tout aussi rusée et déterminée que son frère Danny, décédé il y a peu, Debbie sait comment monter une équipe de spécialistes et élaborer un plan qui se déroulera, comme toujours, sans accroc.

La musique est connue, mais la partition se féminise. Action militante dans la mouvance MeToo ? Coup marketing plutôt ! Les filles dupent et volent avec naturel comme si elles partaient faire les boutiques entre copines. Produits de luxe, stars et paillettes ponctuent chaque minute de cette histoire peu innovante. Sans la classe scénique du metteur Soderbergh, difficile d’emballer l’ensemble. D’où cette impression vite lassante de feuilleter un catalogue de marque en papier glacier dans une salle d’attente…

5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s