« La mauvaise réputation » (Hva vil folk si) de Iram Haq

Critiques

“(Jamais) sans ma fille”                                

Nisha, 16 ans, Norvégienne d’origine pakistanaise, cherche à vivre comme les jeunes filles de son âge. Mais quand son père la découvre, une nuit, en compagnie d’un garçon, c’est tout le poids de la tradition qui s’abat sur elle.

D’un côté, l’adolescence et les rêves de liberté qu’elle inspire. On fume, danse et embrasse, grisé par les élans du cœur. De l’autre, une culture héritée dans laquelle le regard des autres compte plus que le bonheur des siens. Pudeur, coutumes ancestrales et mariage arrangé pour essuyer toute tache. Entre deux, une séparation, une déchirure.

Dans ce premier film très personnel, la réalisatrice exorcise ses propres douleurs passées. Sujette à l’émotion, sa caméra se trouble et se fragilise. Heureusement que son propos évite une trop grande partialité. Dans leurs travers, père et fille se rapprochent et échappent à un affrontement caricatural. Ainsi, la Norvège apparaît grise et glaciale, malgré la bienveillance de ses habitants. Quant au Pakistan, il gagne en couleurs et en soleil : ses rayons réchauffent aussi, quand ils ne brûlent pas comme l’enfer.

6/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s