« Doubles vies » de Olivier Assayas

Critiques

“Les beaux parleurs”                                                  

Editeur, Alain est marié à Selena, comédienne, qui le trompe avec Léonard, écrivain jugé dépassé par Alain, qui ne souhaite plus le publier.

Au travail, dans l’intimité ou entre faux-amis, on palabre sur l’avenir des livres, la révolution culturelle numérique et ses conséquences, l’opportunisme politicien, bla, bla, bla…, le plus souvent une assiette sur les genoux, l’usage d’une table étant déjà dépassé. Masturbation vaguement intellectuelle, trop écrite et sans réelle finalité qui préfère étouffer les débats avec une cigarette ou une petite pipe. Dans les salons parisiens Rive gauche, quiches, collusions et marivaudage demeurent tendance, baumes illusoires appliqués sur petits bobos.

Personnages peu sympathiques, faux-raccords et comédiens récitant. Quelques bons mots, des questions pertinentes et le ton décalé de la nouvelle venue Nora Hamzawi illuminent avec peine cette comédie annoncée comme telle, mais qui aura bien du mal à dérider la France des gilets jaunes.

5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s