« La mule » (The mule) de Clint Eastwood

Critiques

“Un dernier pour la route”                                        

Vétéran de guerre, Earl assiste à la faillite de son existence. Après des années florissantes, sa petite entreprise d’horticulture ferme, et sa famille, délaissée depuis toujours, lui tourne le dos. Quand l’occasion de jouer les passeurs pour un cartel mexicain se présente, il y voit une possibilité de se racheter.

Tête de mule, le cowboy solitaire, reprend la route après l’accident du 15 h 17 pour Paris. Mais son visage émacié et sa silhouette gracile font craindre le pire. Est-il encore raisonnable, sous le poids de 88 années, de jouer au gendarme impitoyable et au « dirty » voleur ? Le ridicule tuerait presque.

En adaptant cette histoire pourtant vraie de grand-père, trafiquant par dépit, Eastwood, la fleur au fusil, règle ses comptes… avec lui-même. Il s’approprie le personnage et en fait un rôle à sa mesure : aversion des technologies d’aujourd’hui, allusions racistes et attitude sexiste, l’icône s’amuse avec son âge et sa propre réputation. Mais quand il fait face à sa propre fille, c’est profil bas qu’il s’excuse auprès d’elle de ses trop nombreuses absences. L’acteur redevient l’homme et son regard gris mouillé nous transperce le cœur. Baroud d’honneur à valeur testamentaire ? Ce n’est qu’un au revoir ou, hélas, un adieu ?

6.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s