« Cœurs ennemis » (The Aftermath) de James Kent

Critiques

“Après la guerre”

En 1945, quelques mois après la victoire des alliés, l’Anglaise Rachel rejoint Lewis, son mari officier, dans un Hambourg dévasté. Ils emménagent aux abords de la ville dans la luxueuse résidence de l’architecte déchu Stefan Lubert, réquisitionnée pour l’occasion. Malgré l’émoi de Rachel, Lewis permet au veuf allemand et à sa fille de rester dans la maison.

Il y a la guerre et ses stigmates. Les ruines d’une nation. La neige de Noël refroidissant l’atmosphère. Le Steinway du salon pour réchauffer les âmes. Les sens émoustillés par le bois coupé. Alors que le feu de cheminée enflamme les « cœurs ennemis » – quel titre ! Et ce train qui s’en va au loin. Du désir, des larmes et le sang pour ce mélodrame qui finit par se noyer dans les clichés.

Tout avait pourtant bien commencé. Que faire après la guerre des vaincus ? Comment supporter la présence chez soi de l’occupant ? La cohabitation est douloureuse. Le deuil et la souffrance, partagées. La mise en place et ses questions sont bien posées, mais vite oubliées au profit d’un sentimentalisme inutilement exacerbé.

5.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s