« Aladdin » de Guy Ritchie

Critiques

“Ce rêve creux”

Voleur au cœur pur, Aladdin sauve du pétrin la belle Jasmine, princesse incognito. Pour la séduire, il aura néanmoins besoin des lumières d’une lampe.

L’histoire est connue, énième épisode de la transposition mercantile d’un classique Disney en prises de vues réelles. Si Tim Burton parvenait dans son Dumbo à desserrer un tant soit peu le carcan solide de la firme en imposant sa patte gothique, Guy Ritchie demeure engoncé dans le modèle d’origine. Ses rares ajouts musicaux et écarts bollywoodiens ne convainquent pas non plus.

Il y avait pourtant quelque espoir en découvrant la caverne à tête de lion plus effrayante que dans le dessin animé. Rajah le tigre et le tapis volant réussissent également leur métamorphose. Le reste de la distribution ne fait que perdre en magie. Dans des décors kitsch et numériques, les héros sont fades, malgré les élans féministes plus marqués de Jasmine. Quant à leurs fidèles compagnons, singe et perroquet ont perdu tout leur humour. Quid enfin de Will Smith ? Plus très « fresh », le prince déçoit par une performance sage et terne. Pas de quoi faire oublier le génie Robin Williams. Les rêves bleus ont aussi une fin.

5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s