« La vérité » de Hirokazu Kore-eda

Critiques

“Telle mère, telle fille”

Fabienne, célèbre comédienne, s’apprête à publier ses mémoires. Sa fille, Lumir débarque en famille de New York pour évoquer ce livre intitulé La Vérité. Vexée, elle est bien décidée à confronter sa mère à ses mensonges.

Qu’est-ce la vérité au cinéma, art de l’illusion par excellence ? Le décor devient une réalité. On se dissimule derrière un personnage, un masque et un costume pour au final se mettre à nu quand on joue. Il y avait là de quoi donner le vertige en troublant les repères du spectateur. Mais le cinéaste, pour la première fois loin de son Japon et travaillant une langue qu’il ne maîtrise pas, s’avère peu inspiré. Plus enclin à dessiner les relations père-fils, il se contente d’une histoire empesée par les fantômes, les non-dits ou les oublis. Il semble surtout se pâmer devant l’aura encore magnifique de Catherine Deneuve. En majesté, la star s’amuse à incarner une sorcière ironisant sur le temps qui passe dans le métier, à peine nostalgique de sa jeunesse perdue, et envoyant au passage une pique à BB, gracieusement rebaptisée Bof Bof. Avec en exergue cette phrase de Fabienne qui aurait peut-être pu sortir de la bouche de la reine Catherine : « J’ai préféré être une mauvaise mère et une mauvaise amie plutôt qu’une mauvaise actrice ».

6/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s