« Les traducteurs » de Régis Roinsard 

Critiques

“Des livres et moi”                                                      

L’éditeur Eric Angstrom est très fier d’avoir obtenu le manuscrit du dernier tome de la trilogie à succès Dedalus. Pour éviter tous risques de fuite, il réunit dans le bunker luxueux d’un manoir les neuf traducteurs en charge des versions étrangères, les contraignant à travailler simultanément sous haute surveillance. Quand un hacker menace de diffuser les premières pages du livre sur Internet, il se persuade que le coupable ne peut être que l’un d’eux.

La mise en place intrigante laissait espérer un huis clos retors digne d’Agatha Christie. D’autant plus que le rôle ingrat dévolu au traducteur, ajouté au pouvoir de celui qui maîtrise les langues, aurait pu susciter véritable réflexion et scènes réjouissantes. Hélas, le scénario se perd rapidement dans des élans d’incrédibilité qui le rapprochent du ridicule – pour transporter son trésor littéraire, Lambert Wilson choisit le métro. Quant au casting international, tous ne sont pas si à l’aise dans la langue de Molière nécessitant parfois quelques sous-titres. Prisonnier malgré lui de ce sous-sol en compagnie de personnages si proches de la caricature, le spectateur ne peut que s’exprimer : « Des livres et moi ! ».

4.5/10

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s