« Mank » de David Fincher

Critiques

(Film Netflix) “David et Goliath”

En 1940, suite à un accident de voiture le clouant au lit, Herman J. Mankiewicz est mis sous pression. Il ne lui reste que peu de temps pour terminer le scénario d’un film qui portera bientôt le titre de Citizen Kane.

David Fincher s’attaque au chef-d’œuvre monumental d’Orson Welles pour en décrire les origines et les coulisses. L’hommage se reflète dans une mise en scène sophistiquée, la narration éclatée et une image vieillie artificiellement. La reconstitution parfaite, ainsi que le noir et blanc du plus bel effet parachèvent l’illusion. On s’égare parfois dans ce labyrinthe mental, loquace, historique et temporel entremêlant le vrai et le romancé. L’émotion pointe rarement malgré la performance remarquée de Gary Oldman qui donne forme et couleurs à cette figure oubliée. Mais, au-delà du cinéma, l’aspect plus personnel de l’entreprise touche. Fincher y honore également son père Jack en adaptant son script. Un rêve exaucé posthume, teinté de nostalgie et qui fleure le bouton de rose.

(7/10)

twitter.com/cinefilik                                                                              
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s