« Les deux Alfred » de Bruno Podalydès

Critiques

“Game of drones”  

Alexandre est dans le rouge. Déçue, son épouse, sous-marinière, a plongé dans les abysses en lui laissant le soin de s’occuper de leurs deux bouts de chou. Chômeur, mis sous pression par son banquier, le papa esseulé doit accepter un poste de « reacting process » dans une jeune boîte dynamique qui refuse que ses employés aient des enfants. 

Bienvenue dans un monde quasi d’aujourd’hui où les machines sont de plus en plus émotionnelles – les téléphones intelligents se « smackent » pour échanger leurs données et les voitures sans chauffeur deviennent caractérielles quand on ne « smile » plus – et les humains épuisés, de plus en plus mécaniques – finis le « bonjour » et le « salut », quand le « on » remplace le « je ». Sur les trottoirs de Paris, c’est le « game of drones », aussi nombreux que les crottes canines. Le franglais prédomine, ce qui freine toute communication. Quant au principe du « No child », rendant le travailleur corvéable à merci 24/7, il efface l’historique et avorte tout futur.

De quoi fuir et déprimer si la poésie lunaire des frères Poda n’existaient pas. Dans leur univers ubérisé, les cœurs imprègnent aussi les murs, on paie en claquettes ou se vend grâce à l’enluminure. Malgré la piquante Sandrine Kiberlain, il manque un peu du mordant provoc’ grolandais ou « dupontellien » pour tout emporter. Aussi le film gagne en douceur enfantine ce qu’il perd en efficacité comique et politique.

(6.5/10)

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s